Pourquoi les modèles économiques les plus rentables ne reposent pas sur le buzz

Temps de lecture : 2 minutes

La rentabilité d’un modèle économique correspond au ratio du bénéfice généré sur l’investissement de départ. Or, on croit beaucoup trop souvent (à tort) que les indicateurs d’influence, de pouvoir et de rentabilité sont ceux les plus ostentatoires. Seulement, les structures, qu’elles soient à but lucratif ou non, les plus pérennes, ne sont pas forcément celles qui font le plus de bruit médiatique. Explications.

  • Le buzz est un paramètre aléatoire sur lequel on a en réalité, peu de marges de manœuvres

Notamment parce qu’il est bien souvent imprévisible. Et que chercher à vouloir recréer les conditions d’un buzz de manière répétée est non seulement épuisant, mais peut aussi nuire à la qualité de son contenu ou de sa prestation.

  • C’est l’entretien du lien avec son public ou sa cible qui permet de créer de l’engagement, de l’investissement, un meilleur taux de transformation

Ce n’est pas parce qu’il y a buzz, qu’il y a investissement, engagement, ou achat derrière. Seuls le niveau de confiance et la qualité du lien permettent une relation de travail durable et fructueuse.

  • On est moins épuisé lorsqu’on lâche prise sur la recherche de buzz, et donc mieux organisé dans son travail

Ne pas s’acharner à poursuivre un objectif inatteignable, c’est préserver son temps et son énergie sur des actions donnant des résultats avec une visibilité à court terme, et ce, de manière durable et régulière.

  • La réussite et l’efficacité de sa structure ne dépendent pas de la taille de l’audience

Avoir un large public avec peu d’interactions fructueuses est moins payant que d’avoir une audience moindre, mais très investie dans votre travail. Pour la simple raison qu’il est beaucoup plus facile de répondre efficacement aux besoins d’une cible réduite, que de chercher à satisfaire un maximum de personnes.

  • Les signes extérieurs d’influence sont souvent artificiels et servent surtout comme biais de manipulation, voire de domination

Les paramètres comme le nombre de likes et de followers manquent de précision : il peut s’agir de bot, de faux comptes, mais aussi de likes achetés avec le SEM (référencement artificiel à partir de publications sponsorisées). Cependant, ces indicateurs peuvent attirer de nouveaux prospects, abonnés ou clients à cause du biais de manipulation « plus de likes = plus d’influence ».

Finalement, là où de nombreux influenceurs sont en burn-out et arrivent à saturation, les business les plus discrets tirent leur épingle du jeu avec des performances plus qu’honorables, et fonctionnent sur le long terme.

Publicités

Distinguer les leaders des petits chefs (en 11 points)

Temps de lecture : 2 minutesLe terme de leadership est aujourd’hui souvent galvaudé, car réduit à du storytelling de succès économiques. Seulement, l’émergence de leaders est naturelle dans n’importe quel groupe social, surtout lorsque la structure du groupe tend vers l’horizontalité des liens sociaux.

D’où l’intérêt de savoir distinguer les leaders des impostures autoritaires.

  • Un leader a conscience de son pouvoir/influence/privilège, un petit chef cherche constamment à le prouver ou le valider
  • Un leader cherche à construire du lien social et des relations solides basées sur le respect mutuel et la confiance, un petit chef se nourrit de la discorde
  • Un leader est à l’écoute et capable de remise en question en cas de conflit, un petit chef se met en colère systématiquement
  • Un leader encourage, un petit chef sanctionne
  • Un leader participe, un petit chef se décharge de ses responsabilités
  • Un leader tire des leçons en cas d’échec pour apprendre de ses erreurs, un petit chef rejette la faute sur les autres et sur des causes externes
  • Un leader cherche à renforcer les membres de son équipe pour augmenter sa puissance collective, un petit chef cherche à accaparer le pouvoir et à rabaisser les autres pour briller
  • Un leader cherche à inspirer d’autres leaders potentiels, un petit chef cherche à susciter l’envie et la jalousie
  • Un leader s’inspire des autres, un petit chef jalouse, envie et se compare à eux
  • Un leader crée de la valeur, un petit chef reproduit des modèles et procédures, même lorsque ceci ne donne pas de résultats efficaces.
  • Un leader émerge souvent après avoir prouvé sa légitimité, un petit chef est plutôt nommé

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Elle est cependant à nuancer ; les manquements des personnes que l’on pourrait considérer comme des « petits chefs » viennent bien souvent de leur histoire personnelle. D’où l’intérêt de savoir faire preuve de bienveillance à chaque fois que c’est possible.

Pour lutter contre ce fléau, il faut évaluer deux pistes ; d’abord trouver des stratégies d’auto-défense pour survivre à ces agissements, comme le suggère Robert Sutton dans « Objectif Zéro Sale Con », puis apprendre à formuler ses demandes pour espérer une remise en question des personnes concernées.