Comprendre les algorithmes des réseaux sociaux pour lâcher prise sur ses notifications

Temps de lecture : < 1 minute

L’attente constante des notifications pour répondre à un besoin d’interaction ou de validation, conduit vers des comportements addictifs, du stress, voire de la dépression. Comment faire pour sortir de ce cercle vicieux ?

  • Votre fil d’actualité est saturé

Il n’y a pas assez de place sur votre fil d’actualité pour pouvoir voir toutes les publications de vos abonnements ; ainsi, l’algorithme n’affiche que le contenu qu’il juge pertinent pour vous.

  • On ne voit sur son fil que les profils avec lesquels on interagit le plus

C’est pourquoi ce qui apparaît comme pertinent pour l’algorithme, c’est ce à quoi vous réagissez le plus. Par exemple, Facebook priorise les publications de vos amis les plus proches (plutôt que les pages d’entreprise) et celles que vous commentez le plus souvent (plutôt que les réactions).

  • Si vos publications passent inaperçues, c’est parce qu’elles n’atterrissent pas dans le fil d’actualité des personnes ciblées

De cette manière, les personnes qui commentent peu vos posts, n’y réagissent que ponctuellement, ne verront pas vos publications dans leur fil d’actualité, et ce, même si elles sont susceptibles de leur plaire ! Ce n’est donc pas par snobisme que l’on ignore vos posts, mais bien par non-connaissance de leur existence.

  • N’utiliser la sponsorisation qu’avec parcimonie

Lorsque la visibilité de vos publications est nécessaire pour votre projet, on peut être tenté d’utiliser la monétisation afin de propulser ses posts dans les fils d’actualité de celles et ceux que l’on cible. Cette stratégie peut fonctionner ponctuellement, mais il ne faut pas en abuser à cause de la fatigue publicitaire.

Pour assouvir son besoin d’interaction, il ne faut pas avoir peur de formuler sa demande clairement en déroulant les principes OSBD (Observer, Sentiment, Besoin, Demande) de la CNV (Communication Non Violente). Ceci permet de gagner en confiance et estime de soi.

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00

5 techniques pour écourter un débat stérile

Temps de lecture : < 1 minute

Les débats sans fin nous épuisent, et gaspillent notre énergie qui pourrait être utilisée dans des projets et occupations plus constructifs. Voici 5 astuces efficaces pour y mettre fin sans générer de conflit.

  • Laisser le dernier mot

Parce qu’on a en réalité aucune obligation de répondre.

  • Dire que la question nécessite une réflexion plus approfondie qui ne peut être développée dans le cadre d’un débat

Et éventuellement diriger vers du contenu plus détaillé pour ne pas avoir à débattre.

  • Dire « OK ».

C’est la technique la plus simple, et la moins fatigante.

  • Désactiver les notifications, filtrer ou mettre sur mute (voire mode avion) si on est trop épuisé.e pour répondre

Nécessaire pour éviter la fatigue numérique.

  • Eviter de répondre immédiatement pour prendre du recul

C’est la meilleure façon de débattre de manière sereine. Dérouler le processus de communication non-violente peut aussi aider.

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00

Comment reconnaître les contextes favorables au développement de violences en milieu militant

Temps de lecture : 3 minutes

Parce qu’on est souvent motivé par des liens d’attachement (idéologiques ou autres) avec les autres militant.e.s, il est souvent compliqué d’admettre que l’on se trouve dans des situations de violences. Pourtant, afin de préserver les intérêts de nos combats, il est nécessaire de savoir identifier les indicateurs de violence pour trouver des solutions. En voici quelques-uns :

Si les militant.e.s rejoignant votre structure partent aussi rapidement qu’iels sont arrivé.e.s, ou peinent à s’investir sur le long terme, c’est un indicateur que ces personnes souffrent. Il est donc nécessaire d’offrir un cadre sécurisant à l’engagement.

  • Charge mentale reposant principalement sur des bénévoles ou des prestataires en pro-bono

Aujourd’hui, il est communément admis que pour pérenniser le travail associatif, il faut des prestations rémunérées, de préférence sous forme de salaire. Si, bien sûr, ceci est plus facile à dire qu’à faire, il est de la responsabilité des cadres des structures de ne pas instaurer de liens de subordination implicites à des bénévoles ou des prestataires en pro-bono. Ce qui implique de ne pas imposer de présence permanente, de délai, de contraintes trop fortes sans s’assurer que lae bénévole ou prestataire pro-bono s’investisse uniquement sur la base du volontariat.

A noter que consentir à un engagement dans une structure n’est pas suffisant, c’est au bénévole d’être à l’initiative de son investissement et de ses termes.

 

  • Situations de harcèlement provoquées par un excès de listes de diffusion ou groupes de discussion

Comme je l’ai déjà constaté précédemment, ces applications ne sont pas des outils de gestion de projet fiables, et exposent à du harcèlement et à de l’épuisement. Si on vous inscrit à trop de listes de diffusion, surtout sans votre consentement, ceci peut très vite devenir épuisant, voire violent. A noter également, que plus il y a de participants dans un groupe de discussion, moins la parole y sera libre.

Il est aussi tout aussi violent de retirer une personne d’un groupe de discussion sans l’en aviser en amont : cette dernière risque de développer un sentiment de rejet, et ce n’est pas ce qu’on cherche dans des structures associatives.

  • Fatigue numérique

Contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas en supprimant totalement l’usage des nouvelles technologies de communication qu’on se préserve de la fatigue numérique, mais bien en s’octroyant un droit à la déconnexion, et en détectant les situations de violence.

Le besoin de s’éloigner de ses écrans peut donc venir de ces situations, et pas forcément des écrans à eux seuls (malgré leurs désagréments bien connus).

  • Manque de vie privée, relations intrusives avec d’autres militant.e.s

Lorsque vous n’avez plus de temps pour vous, ou que certain.e.s militant.e.s s’ingèrent dans votre vie privée sans votre consentement, il s’agit, là encore de violence. Il est nécessaire de poser fermement ses limites dans ces cas de figure.

  • Critiques injustifiées, dénigrement

Les critiques injustifiées et le dénigrement d’une personne sont des indicateurs de harcèlement moral, et donc d’une ambiance toxique de travail qu’il est préférable de fuir si l’on en a la possibilité.

  • Absence de charte éthique

Lorsqu’il n’y a pas de charte éthique clairement établie, il n’y a pas de règles ni principes ; c’est donc la porte ouverte à tout type d’abus.

  • Absence d’outils de gestion de projet

L’absence d’outils de gestion de projet engendre nécessairement des pratiques managériales stressantes et vectrices de conflits, voire de violences. C’est d’ailleurs une des premières choses à établir lorsqu’on ouvre une structure (en-dehors de l’aspect purement administratif), car la bienveillance et l’intégrité des individus est une condition nécessaire, mais insuffisante.

 

Cette liste n’est probablement pas exhaustive, mais part de mon constat personnel de ce que j’ai pu observer parmi les structures par lesquelles je suis passée. L’étape suivante après l’identification de ces situations de violence, c’est de trouver des solutions sur le long terme. Il n’existe pas de solution clé-en-main, mais il est possible de travailler sur plusieurs aspectes ; je les détaillerai dans une formation plus approfondie prochainement.

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00