Le pantouflage, véritable raison du manque de représentativité des responsables politiques

Temps de lecture : 2 minutes

Le pantouflage désigne le phénomène des hauts fonctionnaires qui terminent leur carrière dans des entreprises privées. En effet, aujourd’hui, les élus craignent plus ceux qui financent leurs campagnes électorales que le résultat des urnes. Pourquoi ?

  • Leur ambition principale n’est pas de représenter le peuple

Outre l’attrait pour les fonctions avec du pouvoir, l’accès à ces positions est de moins en moins motivé par le désir de transmettre la volonté du peuple, mais par celui de défendre une idéologie dominante, voire leurs intérêts personnels.

  • Leurs décisions ne servent pas l’intérêt général, mais des intérêts privés

En effet, les décisions prises durant leurs mandats ne servent pas toujours l’intérêt général, contrairement à ce qui est affiché. La récente réforme des retraites par exemple, a été imposée par 49-3 (malgré le fait que la majorité parlementaire corresponde à la majorité présidentielle), contre l’opinion populaire, et même s’il a été prouvé que cette réforme ne permettait pas de faire des économies au niveau du budget de l’Etat ; en effet, les seuls gagnants ici seront les fonds de pension privés. La question a d’ailleurs été posée lorsque des représentants de Blackrock ont été reçus à l’Elysée.

  • L’accès au pouvoir représente une étape pour atteindre leur objectif réel

La défense d’intérêts privés lors d’un mandat dans la fonction publique n’est pas forcément illégale, et peut s’avérer juteuse lorsqu’une fin de carrière est négociée au profit du fonctionnaire concerné. On est donc en droit de se demander quels sont ces objectifs quand les élus et représentants ne font rien pour satisfaire celles et ceux qui les ont mis au pouvoir.

Dénoncer le pantouflage est essentiel : c’est pourquoi il faut mettre en place des procédures de protection pour les lanceurs d’alertes. Or, c’est loin d’être suffisant. Si on veut donner des responsabilités uniquement à des personnes motivées par l’intérêt général et la qualité du service public, c’est sur les moyens d’accès au pouvoir qu’il faut agir de façon durable.

 

Publicités

Pourquoi Edouard Philippe a utilisé l’article 49-3 pour le projet de loi sur les retraites

Temps de lecture : 2 minutes

On pourrait passer des heures, des jours, des mois à déplorer l’action d’Edouard Philippe en ce samedi 29 février 2020, et à se plaindre de la douleur pas ravivée depuis le règne de feu Manuel Valls. Mais ce serait inutile, parce que ceci ne nous mènerait nulle part. Nous allons ici passer en revue l’ensemble des éléments ayant contribué à ce nouvel échec social. 

  • Le premier ministre a le pouvoir, les moyens et l’opportunité de passer en force…

…Il ne s’est donc pas gêné, et à vrai dire, n’importe qui aurait fait pareil à sa place, compte tenu du rapport de forces existant.

  • Le 49-3 est toujours déploré après usage, mais il n’y a pas à ce jour de remise en question crédible de cet article en amont

Car encore une fois, il ne suffit pas de réagir de manière plus ou moins virulente après coup à chaque fois, mais bien de structurer des organisations suffisamment puissantes pour se permettre l’ambition de retirer cet article de la Constitution. Ce qui requiert un travail pro-actif…et sur le long terme.

  • La résistance n’a pas été à la hauteur

Parce que d’une part elle ne s’est faite qu’en réaction du calendrier ministériel, et de manière relativement molle ; et d’autre part, elle a mis de côté une partie non négligeable des travailleurs, ce qui a empêché des convergences de se créer.

  • On ne peut pas se contenter de réclamer de la protection de la part de ceux qui nous dominent, si derrière on offre ni alternative crédible, ni cadre sécurisant pour les travailleurs

Réclamer le soutien de riches personnalités est donc vain. La priorité est de formuler une demande claire, précise, de se fixer des objectifs à court terme et long terme et atteignables, de se concerter afin d’agir sur des leviers qu’on maîtrise. Puis, une fois que l’on s’est recentré sur nous, on est en mesure de créer les liens sociaux nécessaires à la construction d’un véritable rapport de forces sur le long terme.

Finalement, cet n-ième coup bas confirme le fait qu’il faut radicalement changer de paradigme en termes de modalités de lutte. En effet, il est inutile de conserver des méthodes sans prise en compte du contexte économique en transition (notamment l’ubérisation), car celles-ci ne fonctionnent plus aujourd’hui.