De « l’islamo-mania »

Temps de lecture : 5 minutes

Précédemment, je vous avais fait part des perles qu’on pouvait entendre de certaines personnes qui étaient plus ou moins conscientes d’être islamophobes. J’avais ainsi démontré à partir de ces exemples que dans la plupart des cas, ces inepties n’étaient pas dues à de la méchanceté gratuite mais à de l’ignorance.

Ainsi, on peut se demander quelles sont les raisons de cette méconnaissance. On pourrait accuser (à raison) ceux qui ne maîtrisent pas le sujet de ne pas se renseigner correctement. Cependant, on est forcé de constater qu’ils ne sont pas les seuls à blâmer quand on voit le flot trop important d’informations non pertinentes/incomplètes/erronées (rayer la mention inutile) fournies par nos médias de grande audience.

Pour commencer, on a l’utilisation du préfixe « islamo » qui ne veut rien dire mais qui vient polluer de plus en plus de gros titres pour trouver un moyen de définir les protagonistes de faits divers.

paru dans lefigaro.fr, le 22 décembre 2014
paru dans lefigaro.fr, le 22 décembre 2014
paru dans Le Parisien, 12 juin 2015
paru dans leparisien.fr , le 12 juin 2015

kiddingme

Pour ma part, je ne comprends pas le concept d’ « islamo-délinquance », et encore moins celui de l’ « islamo-psychiatrie » . Le braqueur aurait-il prononcé « Allahu Akbar » avant d’accomplir son méfait ? Qu’est-ce que l’islamo-psychiatrie ? C’est une méthode de soins inspirée par le Coran ? C’est quand le divan du patient est orienté vers la Mecque ? Ou quand le médecin dit Bismillah avant de commencer ?

Pour apprécier ce qui va suivre à sa juste valeur, il est important de rappeler la définition d’un attentat ; à savoir un acte violent destiné à mettre en péril les intérêts et les institutions d’une nation et/ou d’un territoire. On reconnaît un attentat au fait qu’il soit revendiqué par une organisation souvent terroriste.

Ensuite, on a droit à la surenchère et à la spéculation de la part des chaînes d’information en continu au moindre fait divers. En effet, lorsqu’il y a une tragédie, on lui cherche toujours une « islamo-cause ». On peut aisément le notifier dans l’affaire Yassine Salhi, qui a souhaité déguiser en attentat terroriste un règlement de compte avec son patron. Ici, I-Télé parle d’attentat alors qu’il n’y a eu aucune revendication de la part d’organisations terroristes.

Autre exemple avec le crash de Germanwings, où Jean-Pierre Elkabbach interviewe sur Europe 1 Alain Vidalies, secrétaire d’État aux transports et cherche à connaître la nationalité des passagers, afin de savoir si ces derniers étaient des candidats au terrorisme, et donc des suspects potentiellement responsables de la catastrophe.

– Jean-Pierre Elkabbach : « Parmi les 144 passagers victimes de cette catastrophe, il y a 67 Allemands, 45 Espagnols, c’est-à-dire 112. Qui sont les 32 autres ? »

– Alain Vidalies : « Il y a un certain nombre de nationalités, cela a été dit, des Belges, des Anglais, des Turcs, il y a des vérifications qui sont en cours puisque nous sommes à l’intérieur de l’espace Schengen… »

– JPE : « Justement on se disait avec Maxime Switec [présentateur du journal de 8h sur Europe 1] tout à l’heure, comment se fait-il qu’il y avait le nom des passagers mais pas leur nationalité ? »

– AV : « C’est la réalité quand vous prenez un avion à l’intérieur de la France ou à l’intérieur de l’espace Schengen… »

– JPE : « Et il n’y a pas de changement à envisager ? »

– AV : « Écoutez je pense qu’à ce moment-là ça voudrait dire qu’on ne pourrait plus prendre les billets par internet ou d’une manière facile donc je crois qu’il faut réfléchir à ces conséquences… »

JPE : « Dans les noms que vous avez des passagers, il n’y en a pas qui viennent d’endroits où on pourrait soupçonner qu’ils sont en mission suicidaire ? »

(source : Acrimed)

De la même manière, personne n’a voulu prononcer le mot « attentat » lorsque Dylann Roff a assassiné 9 noirs dans une église avec pour seul mobile la haine raciale. Au contraire, certains articles comme celui de la version suisse du site 20 minutes ont même cherché à trouver des « excuses » à ce [mauvais] « comportement » qui ne serait finalement pas [tellement] pire qu’un [banal] crime passionnel.

Évidemment, tous ces exemples ont pour inévitable corollaire la cristallisation des peurs existant autour de l’Islam. A tel point que récemment, une CM a été violemment prise à partie pour avoir publié des recettes orientales à l’occasion du Ramadan en évoquant la convivialité et le partage qui règne durant cette période cruciale pour les musulmans. Un « islamo-bad buzz », donc.

Cet épisode prouve bien qu’aujourd’hui, nul besoin d’être musulman pour être victime d’islamophobie ; il suffit simplement d’éprouver de l’affection ou de la compassion avec tout ce qui se rapproche de près ou de loin de l’islam.

Enfin, pour ne pas faire de procès d’intention, on n’accusera point ici les médias d’être [consciemment] islamophobes (même si on pourrait). Cependant, on peut légitimement se poser la question de l’intérêt de cette « islamo-obsession ». Un élément de réponse serait de dire que tout ce qui se rapporte de façon négative à l’islam en temps de crise économique et identitaire, le tout rythmé par des attentats terroristes, trouve un bon public . Qui dit bon public, dit plus d’audimat, plus de ventes, plus de vues et donc, plus d’argent. Les fins mercantiles de nos médias de références (devenues désormais prépondérantes par rapport à leur devoir d’informer) pourraient donc expliquer au moins en partie cet « islamo-(dés)amour ».

CH8CkHOUMAEGPRrCHT3j5tWgAAdJ7k

Publicités

Tuto : le soufflé raté selon Marianne

Temps de lecture : 3 minutes

11242784_10153302340986950_5098803095660888753_n11351219_10152706817422126_5623450176259229426_n

Aujourd’hui, on va apprendre à déceler les inepties dans un article de presse classique.

Prenons l’exemple (au hasard) de l’article du dernier numéro de Marianne.

L’objectif ici est de faire décoller les ventes d’un hebdomadaire, qui malgré les subventions de l’Etat peine à faire entendre parler de lui. Il faut donc en mettre plein la vue, et ce dès la vision de la couverture dans le kiosque.

Et pour cela, rien de mieux que la recette du soufflé. Vous savez, ce plat qui gonfle de façon impressionnante dans le four et qui se ratatine si vous ne maîtrisez pas l’art de sa cuisson ?

Or le problème ici, c’est que visiblement, prendre le nom du symbole de la République française et prétendre s’adresser à ses citoyens n’empêche pas cette rédaction de prendre ses lecteurs potentiels pour des idiots.

En effet, ici le soufflé se ratatine de façon violente, mais le magazine a espéré quand même que personne ne s’en rendrait compte.

Ainsi, comme vous vous en doutez, si la mayonnaise ne prend pas, c’est parce que la tambouille de Marianne est d’abord simpliste avant d’être peu ragoûtante.

Alors, si comme Joseph Macé-Scaron, vous rêvez d’apparaître dans la matinale de BFMTV, que vous êtes plus connu pour votre « copier-coller » que pour vos talents d’écriture et que les ventes de votre magazine sont en perte de vitesse, procédez de la manière suivante :

        1. Offrez-vous une couverture bien racoleuse comme il faut (avec un sujet bien chaud comme l’Islam), mais ne citez aucun nom, afin d’éviter un procès pour diffamation. Faites mijoter toute la nuit avant la sortie officielle dans les kiosques, afin de tenir tous les becs affamés en haleine. Pour pimenter le tout, rajoutez un petit partenariat avec RMC Info, les grands spécialistes du racolage de l’info.

2. Dans vos articles, prenez les propos d’un journaliste, sortez-les du contexte, saupoudrez-les d’une bonne dose de mauvaise foi, et SURTOUT, ne vous donnez pas la peine d’interviewer la ou les personnes concernées en bonne et due forme. Il ne faudrait pas prendre le risque de faire preuve d’éthique afin de rendre son travail légitime.

3. N’hésitez pas à remuer énergiquement le tout en illustrant l’article avec une photo non-libre de droits et pour laquelle vous aurez malencontreusement oublié de demander l’autorisation de l’utiliser. Avec ce mélange, vous obtiendrez un goût prononcé de malhonnêteté.

4. Attaquez-vous à un média indépendant (et donc non subventionné) qui gagne ses auditeurs uniquement sur la qualité de son contenu et qui n’a pas le même patron que vous pour ne pas vous brûler les doigts lorsque vous sortirez votre bébé du four.

5. Enfin, -pour que votre soufflé se ratatine de façon spectaculaire-, admettez que les interlocuteurs de l’émission ont « le verbe haut », qu’ils représentent une « élite » et que « le programme a du succès ». Ainsi, vos lecteurs comprendront que ce qui dérange, c’est que les élites de ce pays laissées pour compte dans les médias traditionnels prennent la parole qui leur est due.

Félicitations, votre soufflé s’est maintenant aplati en beauté !

Sur ce, je vous souhaite un bon appétit, si jamais vous n’êtes pas encore écœurés par cet amas indigeste.

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00

Affaire Ahmed : pourquoi la version officielle ne tient pas debout

Temps de lecture : 2 minutes

Comme vous le savez, je suis ingénieur de formation. C’est pourquoi la démonstration qui suivra dans cet article sera basée sur une méthode de raisonnement mathématique simple, mais infaillible : le contre-exemple.

En effet, le contre-exemple est puissant, puisqu’il permet de démolir n’importe quelle théorie en ne la contredisant qu’une seule fois ; c’est-à-dire qu’un unique contre-exemple suffit pour juger une affirmation fausse.

L’affirmation étudiée ici sera celle de Madame Najat Valaud-Belkacem, notre ministre de l’Education Nationale, qui a déclaré sans sourciller aux médias qu’il « n’y avait aucune plainte déposée contre l’enfant, et que celui-ci a été entendu dans le cadre de la plainte déposée contre son père qui s’était introduit plusieurs fois dans l’école sans y avoir été autorisé et en menaçant le personnel de l’école ».

Bien sûr, lorsqu’on n’écoute que ce son de cloche, cette version est tout à fait probable : l’enfant étant à l’origine de l’intrusion de son père au sein de l’établissement scolaire, il est tout à fait plausible qu’il soit convoqué au commissariat afin que la police puisse établir les faits dans le cadre de l’enquête menée contre son père.

Or, tout bon procédurier sait qu’en France, lorsque l’on dépose une plainte au commissariat, il y a automatiquement un procès-verbal qui est rédigé et qui se matérialise sous la forme d’un document papier qui relate les détails de la plainte, qui est daté, signé et tamponné par la police. Evidemment, la police et le plaignant conservent chacun un exemplaire de ce document.

Dans ce cas, il est donc aisé de vérifier s’il y a eu oui ou non, une plainte déposée contre le jeune enfant de 8 ans ; il suffit de vérifier si ce fameux procès-verbal existe.

Effectivement, ici, plusieurs personnes ont pu constater l’existence de ce document, dont l’avocat qui défend Ahmed et un membre du CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France), Elsa Ray.

Ainsi, on peut affirmer avec certitude que s’il y a eu une plainte déposée contre le père de l’enfant, il n’est pas le seul à être attaqué : l’enfant est bel et bien poursuivi par le directeur de son école pour « apologie du terrorisme », et il n’a pas été entendu par un officier de police judiciaire dans le cadre d’une enquête menée sur son père, mais bel et bien dans le cadre de la plainte contre lui.

On peut donc en déduire que la version de notre ministre est en partie erronée. Reste à savoir s’il s’agit d’un manque d’information ou d’une réelle volonté d’occulter le fait qu’on autorise les poursuites judiciaires sur un enfant pour des propos tenus.

Enfin, s’il y a une leçon à retenir de cette affaire, c’est celle-ci :

« Il suffit d’un contre-exemple pour prouver qu’une affirmation est fausse »

(Par tous les professeurs de mathématiques en Maths Sup et Spé)

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00