Témoignage abstention : « Ma vie a beaucoup plus été changée, en mieux, par Steve Jobs, Bill Gates, et aussi par des artistes, des cinéastes, des écrivains, des gens qui ont eu une vision, un projet, une grande idée, qui se sont sentis investis d’une mission. »

Temps de lecture : 6 minutes

Antoine, humoriste et auteur, 33 ans

Je crois que je n’ai pas voté depuis 2002.

Le « chantage au FN » pour inciter les gens à voter, j’ai fini par intégrer que ça faisait partie du jeu. J’ai découvert ça y a un moment.

J’ai jamais aimé le FN, donc, ça me gênait pas de pas voter pour lui.

J’avais donc que la droite, la gauche ou le centre.

La droite m’a débecté assez vite, notamment à cause de la Sarkozie qui avait une vision de l’Etat pas assez grande à mon goût. Ça manquait de vision nationale et humaine, c’était géré façon entreprise, je n’aimais pas ça.

Me restait le centre et la gauche.

Pendant un moment, je me suis tâté, j’ai hésité sur Bayrou, avant de me lasser de son numéro de Sage Sur La Montagne.

Restait la gauche et l’extrême-gauche. J’ai vu l’extrême-gauche pactiser avec les islamistes dès 2007. J’ai tourné les talons en jurant.

Restait la gauche. Mais alors bon… Dans le genre « ça fait pas rêver »…

Ségolène Royal faisait une campagne de cruche, les lieutenants étaient des vieux mitterrandiens, soit le courant qui avait fait exploser le chômage de masse… Ça ne me disait rien. Du coup, j’ai commencé à plus avoir envie de rien. Ça me déprimait.

Mais dans ce cas, pourquoi ne pas voter blanc ou pour des listes indépendantes quand il y en a ?

Parce qu’il y a eu l’iPhone.

J’ai arrêté de croire en la politique quand j’ai découvert l’IPhone.

Sans déconner, c’était le plus incroyable symbole de la déconfiture politique.

La révolution, le changement de vie, l’accélération de mon niveau personnel, ça a été Internet, la technologie accessible, la communication qui s’accélère

Ma vie a beaucoup plus été changée, en mieux, par Steve Jobs, Bill Gates, et aussi par des artistes, des cinéastes, des écrivains, des gens qui ont eu une vision, un projet, une grande idée, qui se sont sentis investis d’une mission.

On peut dire ce qu’on veut des entrepreneurs, mais on ne peut pas leur retirer leur envie de changer ce qui les entoure.

Moi, j’ai besoin de ça.

Voir en face de moi quelqu’un d’enthousiaste, qui me propose un VRAI changement.

Et puis, il y a eu ma prise en main personnelle. Je me suis mis à bosser comme un chien, à vouloir moi changer ma vie, puisque personne dans mon pays ne se proposait de l’améliorer vraiment pour moi.

Donc, une fois que j’ai commencé à hausser mon niveau de vie tout seul, j’avais plus besoin des politiques.

J’ai créé des tonnes de trucs, je me suis concentré sur mon élévation sociale et mon confort financier, en me disant que de toute façon, entre Ségo et Sarko, rien ne changerait autour de moi si je n’en étais pas le principal acteur.

Je ne vois plus l’intérêt de voter, puisque ça n’aboutit qu’à un statu quo modifié à la marge. Les politiques n’ont pas plus de pouvoir que ça.

Tant que le statu quo est préservé, c’est à moi de me bouger pour améliorer mon sort.

Du coup, c’est ce que j’ai fait.

Je retournerai voter si je sens le statu quo en danger.

Je n’ai pas voté blanc parce que ça sert concrètement à rien.

Les gars disent « blanc » et puis voilà.

Une fois que tu as fait le deuil d’une influence positive de la politique dans ta vie, et compris que la seule personne capable d’améliorer ton existence, c’est toi, tu ne vois plus l’intérêt d’aller voter.

Et en plus, je trouve que le niveau baisse continuellement, ça ne va pas me faire revenir. L’extrême-droite se fascise de plus en plus, l’extrême-gauche s’islamise de plus en plus, la droite devient de plus en plus arrogante en mode petit patron, et la gauche devient de plus en plus incompétente et déconnectée du monde réel.

Que penses-tu de ceux qui essaient encore d’envoyer les abstentionnistes aux urnes ou qui incitent à voter contre le FN ?

J’en pense qu’ils perdent leur temps, tout simplement.

Je les comprends, ils ont envie d’un bien-être collectif. Mais je pense qu’ils perdent leur temps, bouffés par une idée qui leur a été tellement rabâchée qu’elle est devenue vide de sens.

« Faut voter ». D’accord, mais pour qui ?

On a le choix entre les escrocs, les débiles, les fachos et les collabos.

Super.

Et tu ne penses pas qu’il y a un problème au niveau du système politique ?

Il y a peut-être un problème au niveau du système électoral. Mais ça m’a poussé à réfléchir à d’autres systèmes.

J’ai retenu deux options qui m’ont paru pas si mal.

J’ai longtemps rejeté les deux pour des raisons idéologiques, en fait, je pense que ça vaudrait le coup de se pencher dessus.

La première, c’est le tirage au sort d’une assemblée.

Parmi des gens qui n’ont pas de casier judiciaire, évidemment.

Nos 500 députés et des brouettes tirés au sort, avec évidemment une phase de transition d’un an pour leur permettre de s’adapter à leur nouvelle vie.

« Chère ******, vous serez député dans 12 mois. Au boulot »

Un truc du genre.

La deuxième option, c’est utilisé un peu partout dans le monde, c’est la monarchie parlementaire.

Le parlement pour le côté démocratique, le roi ou la reine pour l’incarnation du pouvoir, du sentiment d’appartenance nationale et de la hiérarchie auquel le pouvoir élu doit rendre des comptes.

Si on y réfléchit bien, Cameron, il a des comptes à rendre à la Reine. Et les anglais adorent leur Reine.

Cela me semble pas mal, parce que je crois qu’il y a un besoin d’avoir une figure qui incarne le pays. De Gaulle avait répondu à ce besoin-là. Y avait un côté grand-père qui a rassuré pas mal de monde, et qui rassure encore. Et le FN à 30%, c’est aussi une demande d’avoir une histoire nationale.

Avec des traditions, du décorum, etc…

Il ne fait pas « rêver », Hollande.

Une figure nationale, ça fait rêver.

Disons qu’il manque un symbole. Que les gens puissent aimer leur pays à travers leur dirigeant. Sarko, tu l’aimes pas, du coup, tu n’aimes pas ton pays, tu n’es pas content d’être là, ou tu n’as pas envie de t’investir. Mais un roi, qui a été éduqué depuis qu’il est bébé à aimer son pays, il peut transmettre cette affection dont les gens ont besoin, et transcender quelque chose. On ne me fera pas croire que la couronne britannique est gouvernée par des cyniques qui n’en ont rien à foutre.

Ça se sent. Le peuple le sent, et ça les transcende. Un peu plus que nous, en tout cas. Les britanniques sont fiers d’être Britanniques, les français sont au mieux franchouillards. Tu vois la nuance ?

Le plus marrant, et c’est un point commun qu’on a avec les USA, c’est qu’on traite nos présidents comme des rois.

En fait, tu déplores un certain manque de leadership de la part de nos dirigeants…

Je crois qu’il y a un truc de cet ordre, en tout cas.

Avoir quelque chose de plus glorieux que François Hollande aux manettes.

Et tu ne crois pas que le peuple devrait s’autogérer ?

Non, je pense qu’il faut une figure de leader.

La liberté, y a plus de gens à qui ça fait peur que ça rassure.

L’autogestion, ça demande un esprit créatif, la capacité à reconnaitre ses erreurs, le fait d’assumer ses choix, etc…

Un leader, tu peux te décharger sur lui.

C’est un défi personnel, la liberté.

Y a des millions de gens qui n’ont pas envie de répondre à un défi personnel.

Par ailleurs, on reviendrait toujours au même point : qui prend  la décision finale ?

C’est une des arnaques du communisme : à la fin, y en a quand même bien un qui décide.

Tu ne penses pas que le rôle de l’Etat est aussi d’éduquer le peuple à s’autogérer ?

Que l’état éduque le peuple à se passer d’état, c’est quand même compliqué J

L’état réussit déjà à éduquer les citoyens à jouir de leur liberté sans entraver celle des autres, bon gré mal gré. On peut dire ce qu’on veut, on vit dans un pays libre. Je ne me suis jamais senti entravé par l’état, sauf peut-être par un too much administratif.

 

Qu’est-ce qui pourrait faire que tu te déplaces pour aller voter ?

Ce qui me ferait venir aux urnes, ça serait un candidat avec un véritable charisme.

Mais il y a un problème, c’est que pour être aimé du plus grand nombre, faut être consensuel. Donc mou.

Je pense qu’on est figé pour un moment. On va passer doucement d’une société intégratrice à une société communautarisée, mais c’est tout.

T’attends une espèce de « coup d’état » ?

Je n’espère pas un coup d’état, loin de là !

Je pense que la prochaine grande figure ne pourra émerger que d’un accident, par contre.

Pas d’un processus électoral

Je pense qu’une personnalité de vrai leader charismatique et visionnaire se révèle dans la douleur et la difficulté. On dit de quelqu’un que c’est un génie quand il résout un problème.

Les grands hommes de ce monde ont souvent été soit emprisonnés, persécutés, minoritaires, etc…

Ou alors des tyrans qui se sont révélés géniaux, mais c’est plus rare.

Ce qui a fait de De Gaulle cette espèce de personnage légendaire qui incarne la nation, c’est aussi qu’il est arrivé en héros triomphant du nazisme, soit de la pire idéologie du monde. Exilé, trahi, mais exalté, il revient, et avec les alliés, il fout les méchants de hors, enfin, tu vois l’histoire. Ça tape, ça entretient la légende. Je ne pense pas que De Gaulle, en 5 ème République, au 20h face à Pujadas, aurait suscité le même engouement.

Niquer Hitler, ça a plus de classe que de faire le 20h de Gilles Bouleau.

Donc je vois plus une grande figure émerger d’un accident.

En fait, mine de rien, la France d’aujourd’hui est plutôt confortable.

Y a pas d’adversité « globale »

Y a surtout des problèmes individuels

Quoique 30% de la population commence à voir l’islamisme comme le nouveau problème global, mais il n’est pas encore trop sur terrain.

Donc, avec un contexte relativement pépère, personne de fort ne va émerger par contraste.

Donc bon, pour moi, le choix va encore se résumer un bon moment entre voter pour le mec de la compta ou pour la meuf des RH. J’en n’ai RIEN à foutre. La France est devenue une société anonyme avec des dirigeants interchangeables.

La rupture ne viendra pas de 150 moyens : révolution, guerre civile, ou guerre.

Je ne vois rien d’autre.

Ce qu’il y a de sûr, c’est que les Le Pen ont bien compris la demande de figure qui incarne.