Ce qu’on oublie (trop souvent) de préciser à propos de Dieudonné

Temps de lecture : 2 minutes

Apparemment ce mec est censé être humoriste. Soit. Je veux bien le croire. Quoique.
Parce que moi, il ne me fait pas rire. Pour plusieurs raisons.

Rappelons, en premier lieu, que le rire est un phénomène physiologique provoqué par une situation comique ou gênante, selon le cas de figure.
Et que pour le provoquer, il faut dérouler une mécanique bien huilée. Ce qui me laisse penser qu’être humoriste est un métier qui ne s’improvise pas.

Mais à la vue des sketches de Dieudonné, on peut penser qu’il l’a oublié. En effet, la mise en scène est négligée, le rythme est à la fois trop lent et mal agencé et le tout manque de légèreté. A mes yeux, Dieudonné ne vaut pas plus qu’un pitre qui se contente de mimiques caricaturales et de clichés grossiers dignes de votre tonton raciste et bourré qui gâche l’ambiance du réveillon (ou de la beuverie de comptoir).
Car oui, on peut rire de tout. Même de sujets tragiques tels que la Shoah ou le cancer. Encore faut-il faire preuve du talent nécessaire.

On peut donc arriver aisément à la conclusion que les personnes que fait rire Dieudonné ont un goût prononcé pour les blagues lourdes de ce dernier. Et qu’elles se retrouvent dans la théorie complotiste et paranoïaque qui voudrait que les Juifs tirent les ficelles de ce monde, et que tous ceux qui les défendraient ne sont que de vulgaires pantins.
Car oui, en ne travaillant pas la qualité de ses sketches et en se contentant de faire des sous-entendus immondes, le « comique » alimente cette théorie fumeuse, et conserve ainsi son public de « paumés de la République française ».
De plus, ces derniers, qui, imitant « la quenelle » et qui jouent ensuite les vierges effarouchées anti-système et anti-sionistes ne sont rien d’autre que du bétail nécessaire à la prospérité du « business Dieudonné ».
image

Quant à l’idée de vouloir interdire ses « spectacles » et de mener une espèce de vendetta contre lui, elle est ridicule pour plusieurs raisons. Mais pas pour celles qu’on croit.

La première est, tout simplement, que même sans les spectacles de Dieudonné, il y aura encore de l’antisémitisme en France et dans le monde. Il ne faut pas se leurrer, comme on dit.
La deuxième est que Dieudonné n’est pas le seul raciste et antisémite de France, et que les autres ont (malheureusement) le droit de s’exprimer.
Et enfin, la dernière, qui, à mes yeux est la plus importante, est que cette interdiction donne raison aux soutiens de Dieudonné. En effet, une réaction aussi démesurée face à des boutades d’un goût pour le moins douteux est suspecte lorsqu’on sait que le nombre d’agressions racistes, islamophobes et homophobes est croissant et ne suscitent pas un tel émoi.
C’est pourquoi, à mon sens, il vaut mieux laisser Dieudonné à sa place, c’est-à-dire celle du tonton raciste qui ne fait rire que ses copains de beuverie au PMU du coin.

Publicités