Pourquoi il faut arrêter d’évoquer la « vie privée » d’une victime de suicide au travail

Temps de lecture : 2 minutes

Lors du suicide de Christine Renon 3 semaines après la dernière rentrée scolaire, le réflexe pour l’institution a été d’évoquer des éléments de sa vie privée (probablement pour se déresponsabiliser), malgré le fait que les suicides à l’Education Nationale sont nombreux et que la défunte directrice d’école a évoqué clairement ses conditions de travail dans la lettre qu’elle a laissé avant de se donner la mort.

Plus généralement, évoquer des difficultés personnelles lorsqu’il y a un suicide sur le lieu de travail est un non-sens, et voici pourquoi.

  • Parce qu’on minimise les causes de ces suicides dont les origines se trouvent principalement liées à une organisation pathogène du travail

…Alors que le lien entre organisation du travail et risques psycho-sociaux (RPS) est clairement établi, de manière quantitative et qualitative.

  • Parce qu’ainsi on diminue la part de responsabilité des personnes qui prennent ces décisions en termes de pratiques managériales

…Alors qu’une enquête est automatiquement déclenchée par un suicide, surtout lorsqu’il est commis sur le lieu de travail de la victime et que la responsabilité civile de l’employeur peut éventuellement être engagée.

  • Parce qu’on dépolitise la question du suicide au travail en la pensant comme un fait divers isolé alors qu’il s’agit d’un fait social

En effet, traiter le cas d’une victime de suicide au travail de manière individuelle en le mettant sur le compte de sa vie privée, c’est nier le fait que la souffrance au travail est une question d’ordre structurel.

  • Parce que la dégradation de la vie privée vient très souvent de mauvaises conditions de travail et d’une baisse de la qualité de vie au travail

Là encore, le lien entre déséquilibre vie privée/vie professionnelle et souffrance au travail a clairement été établi.

  • Parce que le suicide et les tentatives de suicide sont les symptômes les plus mortels de la maladie qu’on appelle dépression

En effet, 70% des personnes suicidées souffraient de dépression, qui est une maladie mentale potentiellement mortelle. Il est donc impossible d’imputer un suicide uniquement à des événements émanant uniquement de la vie privée d’une personne victime.

Finalement, la « vie privée » n’est pas un paramètre suffisant ou même cohérent pour expliquer un suicide au travail. D’une part parce que la vie privée ne représente qu’une partie minime des raisons d’un suicide, et d’autre part, parce que cette vie privée n’est pas du tout indépendante d’un contexte social, économique et politique.

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.