Comment mesurer l’impact de son action : les indicateurs-clé (4/4)

Temps de lecture : 2 minutes

Qu’il s’agisse d’actions ponctuelles peu suivies d’effet ou d’actions de long terme dont on peine à en percevoir la visibilité, il est toujours utile d’avoir des indices clairs sur lesquels travailler afin de faire avancer nos combats. Voici 5 paramètres à étudier.

  • Susciter la polémique

Il est important de ne pas attendre les échéances d’un calendrier imposé, afin de pouvoir définir soi-même les termes du débat. La première étape, c’est de ne pas être contraint à réagir sans arrêt, mais de décider de façon autonome de quelles questions les médias et les représentants politiques vont débattre.

En effet, le rôle des médias et des représentants politiques dans une démocratie devrait être de discuter des questions qui nous importent, et non d’imposer les leurs.

  • Imposer un débat comme question principale, voire urgente dans des espaces ciblés

Créer un débat est loin d’être suffisant, encore faut-il être capable de l’imposer dans les espaces où l’on souhaite qu’il soit traité. Pour cette phase, il n’y a pas de règle précise. Il faut être en mesure de déterminer les canaux les plus efficaces pour que la question soit principale, et ces derniers dépendent du contexte, de la question mais aussi de la cible.

  • Créer un climat de confiance et de solidarité

Ceci permet de renforcer individuellement chaque membre d’une communauté ou d’une organisation qui lutte ; cette étape est primordiale pour pouvoir miser sur des alliés fiables dans une lutte et pour motiver des personnes à s’engager de manière assidue.

Il ne s’agit pas ici d’effectuer une « thérapie collective », mais de se soulager mutuellement pour éviter que la charge mentale de la lutte ne repose que sur une minorité d’individus.

  • Rassembler massivement

Après le renforcement individuel, il est possible de rassembler collectivement de manière durable : la meilleure manière de le faire, est de fonctionner sur la confiance et le « bouche-à-oreille » plutôt que sur le buzz virtuel.

  • Construire des alternatives

En travaillant collectivement, il est possible de construire des alternatives où on choisit soi-même les débats. Ces alternatives sont gages d’autonomie, et elles permettent également d’enclencher un cercle vertueux où nous avons les moyens de créer des débats et de mieux les imposer.

Finalement, la notoriété ne permet pas vraiment de créer ou d’inverser un rapport de forces, mais l’autonomie si. Or, l’autonomie requiert un minimum de cohésion sociale et de force, et est le seul moyen de tendre vers l’indépendance.

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.