A quoi ressemble une manifestation réussie ? (2/4)

On pense trop souvent qu’il suffit de mobiliser du monde pour qu’une manifestation soit réussie. Or, une lutte ne se résume pas à un défilé entre République et Nation, et une mobilisation massive requiert des semaines, voire des mois de travail. Pour savoir si l’organisation d’une manifestation en vaut la peine, voici les 4 paramètres à étudier.

  • Une mobilisation importante

C’est la première condition à remplir ; seulement si elle est nécessaire, elle est loin d’être suffisante !

  • Un mot d’ordre unique et clair

C’est le meilleur moyen de conserver l’unité d’un mouvement : un slogan clair, des revendications fermes et sans équivoques, permettent à un maximum de personnes de s’y identifier.

A l’instar du hirak algérien, où le slogan « yatna7aw ga3 » (qu’ils s’en aillent tous !) a mis tout le monde d’accord, et n’a pas empêché la créativité ou les divergences d’opinions de s’exprimer. C’est ce qui (en partie) lui permet de perdurer dans le temps, et de propulser d’autres actions.

A contrario, dans le mouvement des gilets jaunes, bien qu’il y ait consensus sur plusieurs questions comme celle du RIC (référendum d’initiative citoyenne), il n’y a pas d’unité, de vision ou de direction claire. En effet, si sa spontanéité et son manque d’uniformité a permis d’ouvrir le débat sur de nouvelles perspectives, il n’y a encore que très peu d’adhésions durables.

  • De la création de liens en amont ET en aval de la manifestation

S’il y a des conflits lors de l’organisation de la manifestation, ce peut être un indicateur qu’une manifestation n’est pas pertinente, ou prématurée. L’organisation d’une opération de communication telle qu’une manifestation ou un événement ne doit jamais se faire au détriment de liens sociaux, qu’il convient de préserver en priorité.

Si la manifestation ne produit aucune initiative de long terme, ou ne permet pas des rencontres entre militants sources de liens de qualité, elle n’aura alors servi à rien, ou presque.

  • Une réaction institutionnelle autre que de la répression

Aujourd’hui, puisque les mesures de l’état d’urgence font désormais partie du droit commun, la répression des manifestations est devenue courante, même celles autorisées par les préfectures.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la répression ne signifie pas que le gouvernement craint le mouvement qui a impulsé la manifestation, mais plutôt qu’il cherche à dissuader toute forme de résistance en utilisant les moyens de coercition dont il dispose.

Ce qu’il faut c’est être en mesure d’imposer son agenda politique dans les instances de décision, à défaut de pouvoir les intégrer ; et soyons clairs, une manifestation (ni même une série de manifestations) n’a pas ce pouvoir.

Finalement, une manifestation ne réussit que si elle provoque des initiatives de plus long terme et si elle crée des liens de confiance entre militants qui permettent un réel travail collectif. A elle seule, elle ne demeure qu’une opération de communication, avec un risque non négligeable de récupération susceptible de détourner les objectifs de la lutte.     

Faire un don

Vous pouvez faire des dons à partir de 2€ pour soutenir mon travail.

€2,00

          

 

Publicités

Published by

littlebabydinosaur44

Je suis un bébé dino (un peu trop) gourmand, qui croque l'actualité (et la vie ! ) à pleines dents, sans jamais mâcher ses mots.

One thought on “A quoi ressemble une manifestation réussie ? (2/4)

Laisser un commentaire